une mère ça.....

Publié le par ragiskawya










Ça travaille à temps plein, ça dort un œil ouvert
C’est de garde comme un chien
Ça court au moindre petit bruit, ça se lève au petit jour
Ça fait des petites nuits.
C’est vrai, ça crève de fatigue
Ça danse à tout jamais une éternelle gigue
Ça reste auprès de sa couvée
Au prix de sa jeunesse, au prix de sa beauté

Une mère
Ca fait ce que ça peut, ça ne peut pas tout faire
Mais ça fait de son mieux.
Une mère,
Ça calme des chamailles
Ca peigne d’autres cheveux que sa propre broussaille

Une mère
C'est plus comme les autres filles
Ça oublie d'être fière
Ça vit pour sa famille
Une mère,
Ça se confine au bercail
C'est pris comme un noyau
dans le fruit de ses entrailles


Une mère
C’est là qu’ça nous protège
Avec les yeux pleins d’eau, les cheveux pleins de neige
Une mère
A un moment, ça se courbe, ça grince quand ça se penche
Ça n’en peut plus d’être lourde
Ça tombe, ça se brise une hanche
Puis rapidement, ça sombre
C’est son dernier dimanche
Ça pleure et ça fond à vue d'oeil
Ça atteint la maigreur des plus petits cercueils
O bien sûr, ça veut revoir ensemble
toute sa progéniture entassée dans sa chambre
Et ça fait semblant d’être encore forte
Jusqu’à ce que son cadet ait bien refermé la porte

Et lorsque, toute seule ça se retrouve
Ça attend dignement que le firmament s’entre ouvre
Et puis là, ça se donne le droit
De fermer pour une première fois les deux yeux à la fois

______

Ça travaille à temps plein, ça dort un œil ouvert
C’est de garde comme un chien
Ça court au moindre petit bruit, ça se lève au petit jour
Ça fait des petites nuits.
C’est vrai, ça crève de fatigue
Ça danse à tout jamais une éternelle gigue
Ça reste auprès de sa couvée
Au prix de sa jeunesse, au prix de sa beauté

Une mère
Ca fait ce que ça peut, ça ne peut pas tout faire
Mais ça fait de son mieux.
Une mère,
Ça calme des chamailles
Ça peigne d’autres cheveux que sa propre broussaille

Une mère
C'est plus comme les autres filles
Ça oublie d'être fière
Ça vit pour sa famille
Une mère,
Ça se confine au bercail
C'est pris comme un noyau
dans le fruit de ses entrailles


Une mère
C’est là qu’ça nous protège
Avec les yeux pleins d’eau, les cheveux pleins de neige
Une mère
A un moment, ça se courbe, ça grince quand ça se penche
Ça n’en peut plus d’être lourde
Ça tombe, ça se brise une hanche
Puis rapidement, ça sombre
C’est son dernier dimanche
Ca pleure et ça fond à vue d'oeil
Ca atteint la maigreur des plus petits cercueils
O bien sûr, ça veut revoir ensemble
toute sa progéniture entassée dans sa chambre
Et ça fait semblant d’être encore forte
Jusqu’à ce que son cadet ait bien refermé la porte

Et lorsque, toute seule ça se retrouve
Ca attend dignement que le firmament s’entre ouvre
Et puis là, ça se donne le droit
De fermer pour une première fois les deux yeux à la fois

______


J'ai souhaité partager avec vous ce texte   magnifique dédié aux mamans.










Publié dans amitié partagée

Commenter cet article

chelha 25/07/2009 16:11

Bonjour Domeneca , oui c'est un beau texte.. c'est vrai une maman n'est que tendresse - générosité et beaucoup de sacrifices qu'elles font dans l'ombre...

virjaja 25/07/2009 08:08

coucou ma Domenica,il est beau ce texte, mais si triste...je te souhaite un beau week-end, belle poetesse. gros bisous. cathy

rosedesneiges 24/07/2009 20:51

comme il est beau ce texte mais oui les mamans nous sommes toujours là pour nos petits et même grands nous sommes à leur coté.bon weekend ma douce amie et gros bisous
rosedesneiges

FANFAN 24/07/2009 19:33

tout dit vrai dans tes poemes je l es adorent vraiment tu t exprime enormement t en a vraiment besoin et je trouve cela super bisou et bon week end

alexomy 24/07/2009 17:59

Bonjour. C'est un très beau poème et nous le méritons bien. Bonne journée.